Π ɠ Ǡ

. (quartzites) ( basaltes ) . .

5 1908. , .

ʠ .
.

, , , " ", .

, , 400 420 - 257 - . .

ʠ . ( !) ( Siga) . "" ( ).

" " "" , 217- 218 . , Ѡ 272 429 .
.
. , ...

.
ɠ .

..

 

Le campement de Numerus Syrorum abandonn, ses ruines virent sans doute le passage phmres des Vandales, mais surtout l'arrive des Arabes et de l'Islam au VII sicle.

La situation gographique du lieu ne manque pas d'en faire un important lieu d'changes. Il est plac en effet dans la troue tertiaire qui forme comme un long et troit couloir entre Tlemcen et Fs, ses deux illustres voisines, et d'un autre ct, facilement accessible aux montagnards du Sud (Beni-Bou-Said, Beni-Snous), ceux du Nord (Djebala, Msirda) et aux habitants du littoral. Un important march de nomades se tient donc rgulirement prs de l'ancien camp romain.

C'est cette poque que se situe l'histoire de Lalla Maghnia qui a donn son nom actuel la ville.Voici ce que l'on en disait ( Guide Levy Provenal):

Lalla Maghnia, comble des biens clestes,montra ds l'ge le plus tendre une aptitude extraordinaire pour l'tude et les sciences. L'esprit divin tait en elle, elle eut bientt approfondi toutes les connaissances humaines. Elle acquit en peu de temps une rputation telle que tous les savants du pays ne rougirent pas de s'incliner devant elle et de la proclamer leur matre.

La beaut de Lalla-Maghnia galait sa science; mais la bont de son coeur tait plus grande encore.

Aprs avoir fait deux fois le plerinage de la Mecque, elle mourut dans un ge peu avanc aprs avoir dsign l'endroit o elle dsirait tre inhume. C'est le lieu mme o se trouve encore aujourd'hui la kouba . Et, en effet, le mausole de Hajja Maghnia, qui fut lev, dit-on la fin la fin du XVIII sicle, domine encore de nos jours le cimetire de la commune.

On sait aussi que son fils an, Mouffoq ould Maghnia , fut un des premiers rsistants l'occupation coloniale. Rfugi au Maroc en 1854, il ne cessa d'inciter les tribus la rvolte. Arrt par surprise dans la nuit du 15 au 16 novembre 1855, il fut dtenu la redoute. Mais quelques jours aprs son arrestation, il aurait cherch s'enfuir alors qu'on le conduisait Oran pour y tre intern et fut tu par son escorte.

La priodecoloniale

La ville de Maghnia se dveloppa autour de la redoute dont la construction fut entreprise le 1er Mai 1844 sur l'emplacement mme de l'antique fort romain, duquel on utilisa d'ailleurs les matriaux. Il s'agissait, pour les troupes coloniales, de surveiller la frontire.

C'est d'ailleurs en 1845, le 18 mars, que fut signe entre les autorits coloniales et l'Empereur de Maroc le trait de Lalla Maghnia qui fixa la dlimitation entre le territoire algrien et le territoire marocain.

Les btiments de la redoute pouvaient abriter une garnison de 300 400 hommes et un hpital provisoire pouvant accueillir 50 malades ou blesss fut galement difi.

Rapidement, ct de la redoute, une population de civils vint s'installer. Un an aprs le dbut de la construction, elle se montait 32 personnes. En 1851, elle n'tait encore que de 31 habitants (colons) et 18 (locaux) .Deux maisons et quelques baraques bien amnages avaient t construites : l'embryon du centre ville actuel. Puis il y eut 7 maisons en 1854, 12 en 1855, 23 en 1856 , la ville tait ne.

La population urbaine, principalement europenne (franais et espagnol surtout), tait alors surtout constitue de commerants plus que d'agriculteurs, mme si des jardins avaient t amnags au lond de l'oued Ouerdefou et autour de la redoute, sur des terres confisques aux Beni-Ouassine. Les terres des environs, de caractre arch taient cultives par les fellahs et l'ensemble de la plaine tait assez insalubre et ne se prtait pas une agriculture intensive. Maghnia fut donc pendant longtemps considre comme un poste exclusivement militaire.Ce n'est qu'en 1868 que la ville passa sous administration civile.

La ville se btit progressivement ainsi que ses grandes infrastructures : recette des domaines (1856), glise (1877), mairie (1889), mosque (1892), gare (1906) ...

En 1936, la population europenne de la commune tait de 2161 habitants tandis que la population arabe s'levait 3259 habitants.

Pendant toute la priode coloniale, c'est surtout l'agriculture qui fut dveloppe dans la rgion, grce l'assainissement des terres et une irrigation efficace, mais au dtriment de la population arabe, constamment rejete sur les terres les moins fertiles ou vers le centre urbain (construction des quartiers du Matemore et de l'Abattoir) ou bien encore contrainte l'migration, en particulier dans le dpartement du Nord (Auby), la rgion de St-Etienne et la rgion parisienne.

Le commerce et l'agriculture constituaient donc les deux moteurs du dveloppement de Maghnia pendant la priode coloniale, le secteur industriel tant quasiment inexistant. On notera cependant les exploitation minires de Roubane, de Maaziz et de Sebabna dans la rgion.

La guerre de libration et l'indpendance vont profondment modifier cet tat de fait.

L'indpendance

De part sa situation gographique mme, Maghnia fut videmment aux avant-postes de la Guerre de Libration. Le monument aux Martyrs qui orne la place du centre-ville de nos jours rappelle que nombre de ses enfants y laissrent leur vie. Mais elle aura aussi donn l'Algrie indpendante son premier prsident, Ahmed Ben-Bella.

Au dpart de la population europenne, la ville n'tait encore qu'une grosse bourgade d' peine une dizaine de milliers d'habitants. Elle va alors connatre un dveloppement rapide et continu dans tous les domaines.

Sur le plan agricole d'abord, la plaine de la Tafna va tre mise en valeur par un systme complexe d'irrigation et bnficier de la construction de pas moins de six "villages agricoles socialistes" sur son territoire au moment de la rvolution agraire (Akid Lotfi, Akid Abbs, Messamda, Bkhata, Bettam, Chebikia.). L'activit de son march hebdomadaire tmoigne de la richesse de sa production agricole (principalement en fruit et lgumes).

De mme, la politique volontariste d'industrialisation va la doter de plusieurs units du secteur d'tat comme un complexe de transformation du mas SNIC (le plus grand d'Afrique l'poque), une usine de fabrication de cramique, une unit de la Sonitex (textiles) et d'autres encore ce qui crera de nombreux emplois ouvriers, quasi inexistants jusqu'alors.

Enfin, le secteur tertiaire, grce l'implantation des administrations et services ncessaires une ville en pleine expansion va lui aussi fournir des emplois, notmment dans l'enseignement ( coles, CEM et lyces).

Pour rpondre la croissance trs rapide de la population, la ville s'agrandit dans toutes les directions, parfois de manire un peu anarchique et de nouveaux quartiers se construisent autour du centre historique, escaladant les collines au nord et l'est, franchissant l'oued Ouerdefou au sud, et s'tendant le long de la route d'Oujda l'ouest.

Aujourd'hui, Maghnia poursuit son dveloppement un rythme toujours aussi soutenu, elle compte dsormais prs de 150 000 habitants.Gageons qu'elle saura rpondre, grce son dynamisme, aux dfis de ce XXI me sicle.

Sources: "Lalla Maghnia" par A. Barbin (Alger, Imprimerie Algrienne, 1921)

"La voie romaine de la valle de la Tafna" par P.Salama (Bulletin d'archologie Algrienne T.2)

"Histoire des dbuts de la colonisation dans la subdivision de Tlemcen (1842-1870)" T1 par A. Lecocq . Oran 1941.